Faire une promenade classique à Buenos Aires, la capitale argentine

L’Argentine est l’endroit idéal pour se ressourcer, se dépayser ou danser le tango. L’approche sensuelle et séductrice de ce tempo attirera les visiteurs vers quelques adresses incontournables comme « La Catedral », le temple du tango dela capitale, « La Viruta », « La Glorieta » ou le « Salón Canning ». Non contents d’y mettreles pieds, ils s’imprégneront de la magie et de la cadence du « 2×4 », et se laisseront bercer par le rythme de Carlos Gardel.

Par la même occasion, les vacanciers feront un tour au Museo Casa Carlos Gardel, dédié à l’un des plus célèbres tangueros au monde. Ils y découvriront l’histoire de ce virtuose à travers ses objets qui y sont exposés : instruments de musique, photos, disques, journaux, revues, meubles ou photos.

L’Obélisque de Buenos Aires, une icône de la capitale

Il est impensable d’avoir effectué des séjours Argentine sans visiter l’Obélisque de Buenos Aires. Cette icône de la capitale se distingue depuis de nombreux endroits du centre-ville, puisqu’il occupe la Place de la République, sur l’Avenida 9 de Julio. Si les touristes se promènent sur l’AvenidaCorrientes, ils tomberont dessus. S’ils partent de la Plaza de Mayo et remontent la Diagonal Norte, ils l’auront à nouveau face à eux. Ce monument s’élance vers le ciel avec 67,5 m de hauteur, et s’assoit sur une base de 49 m2. Il est creux, sans plancher et pourvu d’une porte au sol, côté ouest.

L’infrastructure ne dispose pas d’un ascenseur, mais les touristes emprunteront un escalier de 206 marches pour atteindre les quatre petites ouvertures au sommet. Si Paris est fier de sa Tour Eiffel, Buenos Aires l’est encore plus de son obélisque. La ville s’en sert pour différentes circonstances. Par exemple, en 1973, il est transformé en arbre de Noël. En 1975, un grand anneau tourne à sa mi-hauteur, montrant deux slogans : « Le silence, c’est la santé » et « Maintenez Buenos Aires propre ».En décembre 2005, pour marquer la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA, on le revêt d’un préservatif géant, de couleur rose, mesurant 37 m. Enfin, en décembre 2007, on l’entoura d’une énorme bâche aux couleurs des drapeaux de l’Allemagne et de l’Argentine lors de la célébration des 150 ans de la relation entre ces deux États.

Se déplacer à Buenos Aires

À Buenos Aires, la balade à pied reste la bonne solution, surtout si les voyageurs se cantonnent à l’exploration de certains quartiers centraux comme Puerto Madero, San Nicolas, Balvanera, Retiro, Recoleta, Montserrat et San Telmo. Par contre, s’ils souhaitent voir autre chose que les localités touristiques, ils devront se déplacer en bus, voire en taxi. Ces moyens de locomotion les transporteront vers quelques-unesdes villes périphériques, à savoir Almagro, Palermo, Caballito, Villa Crespo ou Belgrano, entre autres.

Par ailleurs, le « subte »est très pratique, sauf que les 6 lignes de métro existantes ne desservent qu’une toute petite partie de la ville. Heureusement, en 2011, la ligne A s’est allongée du côté de Flores, créant ainsi deux nouvelles stations : San Pedrito et San Jose de Flores. Ce sera plus facile d’accéder à l’ancienne église du Pape François, dont le confessionnal est devenu un lieu historique. Il paraît que c’est là que la vocation du souverain pontife s’est révélée.